Tous les articles par admin-stoi

Les litchis malgaches sont très demandés sur le marché européen en ce moment. Les offres n’arrivent plus à satisfaire les demandes.

Une situation à péren­niser. Les offres malgaches n’arrivent plus à satisfaire les demandes des consommateurs sur le marché international. « Les premiers conteneurs réceptionnés en fin de semaine dernière n’ont pas suffi à satisfaire les commandes des centrales de la grande distribution », rapporte le Centre technique et horticole de Tamatave (CTHT) dans La lettre du Litchi en date du 5 janvier.
C’est une situation que la filière litchi n’a jamais rencontrée lors d’une campagne de commercialisation. Deux conteneurs de 1 180 tonnes qui devaient débarquer en Europe les 8 janvier et 13 janvier ont déjà été pré-vendus. Les cargaisons de 16 415 tonnes déjà expédiées sur le marché européen se sont écoulées sans problème.  Et les grandes distributions en redemandent.

Qualité
Les fruits malgaches affichent d’ailleurs un prix très concurrentiel par rapport aux produits d’autres pays comme l’Afrique du Sud, l’île Maurice, La Réunion, Mozambique. Le litchi en provenance de Madagascar est vendu entre deux à trois euros le kilo sur le marché européen alors que ceux de l’île Maurice et La Réunion sont vendus respectivement à 7 euros et 6 euros le kilo sur le marché français. Des prix avantageux du fait que la plupart des exportations se font par bateau conventionnel contrairement aux autres pays qui ont choisi de les expédier par avion.
La fin de campagne s’annonce donc positive pour le litchi malgache. Cette situation est due à la bonne tenue et la qualité des fruits malgache. Les fruits ont relativement bien répondu aux qualités requises, en termes de maturité et de calibrage, pour l’exportation. « La concurrence est fortement ressentie par les fruits Sud africains qui peinent à se commer­cialiser face aux produits de Madagascar. De calibres globalement inférieurs à ceux des campagnes précédentes, les fruits sud africains ne bénéficient pas cette année d’une comparaison flatteuse vis-à-vis des litchis de Madagascar », selon le CTHT.

Lova Rafidiarisoa

lexpressmada

 

Corsair

Créée en 1981, la compagnie Corsair est spécialiste du long-courrier international. Au plus près des dernières performances techniques, économiques et écologiques, sa flotte assure le meilleur du confort et de la sécurité. L’alliance avec des partenaires de choix lui permet de proposer le meilleur des services. Découvrez notre compagnie.

Chaque année, près d’ 1 300 000 passagers voyagent sur les lignes de Corsair à travers le monde.

Corsair International c’est :

  • 14 vols hebdomadaires vers les Antilles
  • 1 vol quotidien de nuit vers l’ Ile de la Réunion ,
  • la desserte de Madagascar 4 fois par semaine,
  • l’ lle Maurice que vous pourrez rejoindre à raison de 3 vols hebdomadaires,
  • le Sénégal , jusqu’à 7 vols par semaine
  • la Cote d’Ivoire , jusqu’à 4 vols par semaine
  • le Canada , durant la période estivale, jusqu’à 6 vols hebdomadaires.

Corsair a entrepris un programme ambitieux de renouvellement de sa flotte. Depuis mai 2013 la compagnie a achevé sa transformation et dispose de 7 appareils entièrement reconfigurés disposant d’un système de divertissement innovant sur écrans individuels tactiles.

Corsair renforce son programme de fidélité « Le Club Corsair » pour permettre à ses clients de bénéficier de tarifs avantageux et de conditions privilégiées.

La compagnie propose également de nouveaux e-services tels que le web check-in disponible 24 h avant le départ du vol, la pré-réservation de produits duty-free en ligne et des services à la carte tels que l’achat de sièges confort ou d’un bagage supplémentaire à prix préférentiel.

Le Développement Durable chez Corsair

Le développement durable est « le développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle sans priver les générations futures de la possibilité de satisfaire leurs propres besoins » (Rapport Brundtland, 1987). Il repose sur 3 piliers indissociables : l’efficacité économique, l’équité sociale et la qualité de l’environnement ; en lien avec les principes de solidarité, de participation et de précaution.

Le transport aérien représente aujourd’hui environ 2,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’origine humaine. Aussi, Corsair renforce ses actions sur les piliers du développement durable dans chaque dimension de son activité.

Conformément à l’article 75 du Grenelle de l’environnement, la compagnie a publié son bilan des émissions de gaz à effet de serre.

Litchi, le fruit aux 1000 vertus à consommer été comme hiver

Très gourmand et juteux, le litchi est excellent en été, comme en hiver. Le litchi est un fruit exotique qui dévoile tous ses atouts sous une jolie écorce rougeâtre. Les vertus du litchi ont fait leurs preuves dans des pays comme la Chine ou l’Inde, où le fruit est consommé régulièrement. Il contient de nombreux nutriments qui renforcent l’organisme.

Le litchi au fil des saisons

Si le litchi est un fruit d’été, il peut également être consommé en hiver, en sirop ou en jus, même si ces modes de conservation contiennent moins de nutriments que les fruits frais. Il possède une qualité très appréciable pendant les grandes chaleurs estivales : il régule la température du corps. Cela vous aide à ne pas trop souffrir d’un coup de chaud.

Le litchi est également un mode de protection naturel contre les rayons UV, grâce aux polyphénols qu’il contient. En hiver, vous ferez le plein de vitamine C, laquelle, en plus d’être excellente pour vos os et votre peau en combinaison avec le calcium, booste vos défenses immunitaires et vous permet de lutter contre les virus hivernaux, notamment les virus grippaux.

Le litchi, bon pour les artères

Le litchi est une excellente source de potassium, qui est essentiel à la santé de vos cellules sanguines et à l’équilibre de votre tension artérielle. Un verre de jus de litchi par jour régule votre pression artérielle et fait reculer les risques de pathologies cardiovasculaires. Il offre donc une bonne protection contre la plupart des maladies du cœur. Le cuivre est, quant à lui, nécessaire à la fabrication des cellules sanguines.

Les vitamines B du litchi sont également une bonne façon de prendre soin de votre cœur, car elles aident à métaboliser les acides gras, en plus des protéines. Avec le litchi, vous mettez toutes les chances de votre côté pour faire baisser votre taux de cholestérol.

Destination Madagascar avec Air Austral

Avec Air Austral, envolez-vous vers l’île continent et découvrez un monde à part avec une culture originale et une infinité de paysages.

AÉROPORTS DESSERVIS À MADAGASCAR PAR AIR AUSTRAL

Air Austral opère des vols directs vers Madagascar au départ de la Réunion :

Aéroport international de Tananarive – code aéroport : TNR
Aéroport international de Tamatave – code aéroport : TMM
Aéroport international de Nosy Be – code aéroport : NOS

Avec EWA AIR, filiale du groupe Air Austral, envolez-vous vers Majunga, Nosy Be, et Diego Suarez, Sainte-marie, et découvrez d’autres destinations:

VISITEZ NOS CABINES AIR AUSTRAL

PRÉPARER VOTRE VOL VERS MADAGASCAR AVEC AIR AUSTRAL

Programme des vols vers Majunga et Nosy Be

Notre module d’informations sur nos vols vous permet de consulter le programme des vols Air Austral vers Madagascar: horaires et fréquences des vols vers Madagascar.

Réservation de votre vol vers Madagascar

Réservez dès à présent votre vol vers Madagascar au départ de la Réunion, Mayotte et la France métropole.
Le formulaire de réservation, à gauche, vous permet de consulter, en temps réel, le meilleur tarif disponible pour votre vol vers les Comores.

Nous vous invitons à également consulter nos offres en cours vers Madagascar.

Nos classes de voyage sur les vols régionaux vers Madagascar:

Formalités de séjour

Consultez les documents de voyage nécessaires pour votre entrée/séjour à Madagascar.

MADAGASCAR, LA GRANDE ILE

La Grande Ile de l’océan Indien est un monde à part. Aussi vaste que la France et le Bénélux réunis, Madagascar offre à ses visiteurs une infinité de visages, de paysages, de contrastes.

Africaine sur ses côtes ensoleillées, elle se fait asiatique sur ses Hautes Terres centrales, pays des rizières et hautes maisons de briques. Une culture originale, riche d’innombrables variantes régionales, est née sur son sol de la rencontre de populations aux origines multiples : indonésiennes, bantoues, arabes.

Madagascar abrite un patrimoine naturel unique au monde, lié à son isolement précoce au large de l’Afrique. Baobabs altiers, forêts pluviales où poussent les orchidées sauvages, épineux spectaculaires des zones arides. La faune n’est pas moins étonnante : lémuriens aux airs de peluche, caméléons impassibles, papillons rares…

Ajoutez au tableau des milliers de kilomètres de plages désertes et quelques chapelets d’îlots enchanteurs : vous comprendrez pourquoi tant de voyageurs sont foudroyés par les charmes de la Grande Ile.

Madagascar a des atouts gagnants sur deux tableaux, jonglant entre son tourisme de la Nature et son profil balnéaire qui la différencie de beaucoup d’autres destinations. Partez sans plus attendre à la découverte de la Grande -île.

Informations sur Madagascar

  • Superficie : 587 000 km²
  • Capitale : Tananarive
  • Monnaie : ariary (Ar)
  • Langues principales : malgache, français
  • Heure locale : heure UTC* + 3h
  • Climat : équatorial sur toute la partie nord de l’île, subtropical au centre et subdésertique pour l’extrême sud

TANANARIVE, LA CITÉ DES MILLE

Vol pas cher vers Madagascar

Tananarive, Antananarivo, ou Tana pour ceux qui la connaissent…La capitale malgache est la ville la plus grande et urbanisée du pays, mais pourtant aux airs si ruraux. Tananarive du haut de ses collines sacrées domine le pays avec ses paysages de collines déboisées et ses petits villages traditionnels composés de maisons de pisé. L’arrivée à Tananarive vous plongera dans une autre dimension.

LES LIEUX À VISITER À TANANARIVE:

  • Le lac Anosy: abrite une grande statue nommée « anjely mainty » entourée de jacaranda qui offre un paysage magnifique digne d’une carte postale. La musique et les chants en sont fortement influencés et pratiqués à de nombreuses occasions (fêtes, funérailles, etc.)
  • Le Palais du Premier ministre: cette grande bâtisse de briques fut édifiée en 1872. Elle s’est aujourd’hui transformée en musée, et abrite les vestiges du palais de la reine, brûlé en 1995. Privilégiez une visite guidée, et découvrez la culture et l’amour que les guides portent à leur pays.
  • Le Marché de la Digue: constitué par une centaine de petites baraques en enfilade, il présente toute la richesse de l’artisanat malgache: couverts à salade en corne de zébu et bois de palissandre, paniers de raphia, jeux de solitaire en bois et pierres semi précieuses de Madagascar…
  • Les Collines sacrées: ces douze collines situées autour d’Antananarive racontent l’histoire de la royauté Merina. Le nombre douze était sacré : douze rois de l’Imerina, douze collines sacrées, douze épouses du roi, douze talismans, etc.

TAMATAVE, LA VILLE PORTUAIRE

Tamatave ou Toamasina en malagasy est situé à l’est de Madagascar. La ville abrite le plus grand port de l’île d’où arrive des bateaux des pays d’Asie mais aussi d’Europe. Il vous faudra consacrer une journée minimum à la découverte de la ville afin de percevoir les secrets cachés derrière ses ruelles et maisons créoles…

LES LIEUX À VISITER À TAMATAVE:

  • Le canal des Pangalanes: une succession interrompue de lacs, lagunes, rivières et cours d’eau qui longent la côte orientale malgache sur plus de 600 Km. Vous pourrez y réaliser d’exceptionnelles excursions d’une journée ou plus , à la découverte d’une végétation luxuriante et d’une population qui s’active tout au long du canal à de nombreuses tâches (pêche, commerce, transport…)
  • Le centre-ville historique de Toamasina : découvrez le passé colonial de la ville en partant à la recherche des dernières maisons créoles, en vous promenant aussi sur la place « bien Aimée », entourée de majestueux banians.
  • Le Bazar Be: « Grand marché » où vous pourrez déambuler que ce soit pour y acheter des souvenirs, mais aussi pour les parfums caractéristique de la cote Est (girofle, vanille, cannelle, poivre, café…)

AU DÉPART DE MAYOTTE, ENVOLEZ-VOUS VERS NOSY BE, MAJUNGA ET DIEGO SUAREZ AVEC EWA AIR

NOSY BE, UNE MOSAÏQUE DE PAYSAGES À DÉCOUVRIR

Petite île paradisiaque s’étendant sur 321 km², Nosy-Be est la vitrine touristique de Madagascar. Riche en faune et en flore, et très appréciée des plongeurs, l’île au trésor est une terre de rêve et d’aventures sans égale.

LES LIEUX À VISITER À NOSY BE:

  • Mont Passot : point le plus élevé de Nosy Be, culminant à 329 mètres, d’où vous pourrez observer un magnifique panorama sur l’océan et les petites îles voisines de Nosy Be
  • Réserve naturelle de Lokobe : cette réserve de 740 hectares regroupe la majeure partie de la végétation endémique subsistant à Nosy Be.
  • Arbre Sacré Mahatsinjo : situé dans une magnifique petite forêt, découvrez ce gigantesque figuier banian de 200 ans et de 5 000 m² d’envergure connu sous le nom d’Arbre Sacré où l’on vient prier ou faire un vœu.
  • L’archipel de Mitsio : accessible depuis Nosy Be, vous serez séduits par cet archipel composé de 6 îles paradisiaques

MAJUNGA, DESTINATION PHARE DE LA CÔTE OUEST

Située dans la baie de Bombetoka, Majunga est la station balnéaire de choix des Tananariviens, et une destination de détente prisée des Comoriens, Mahorais et Réunionnais. Laissez-vous emporter par la beauté de ses plages, ses paysages splendides, ainsi que l’accueil chaleureux de ses habitants.

LES LIEUX À VISITER À MAJUNGA :

  • Les 7 merveilleuses grottes de Belobaka
  • Le lac sacré Mangatsa : rempli de poissons aux tailles impressionnantes, laissez-vous surprendre par cet aquarium à ciel ouvert avec une eau transparente et turquoise
  • Le Cirque rouge : très bel endroit réputé pour ses différentes argiles aux couleurs variées mais également pour observer les couchers du soleil, ce cirque est l’un des principaux sites touristiques qui font la renommée de Majunga.
  • Le parc national de la Baie de Baly: situé dans le nord-ouest de Madagascar, la baie de Baly est l’unique habitat de la tortue endémique Angonoka

DIEGO-SUAREZ, LA VILLE AUX MULTIPLES FACETTES CULTURELLES

Antseranana aussi appelée Diego Suarez, est la plus grande ville du nord de Madagascar et le troisième port de la Grande Île. Se côtoient dans la ville une diversité culturelle étonnante, toujours prête à faire la fête. Diego-Suarez a tout ce qu’il faut pour vous séduire : lieu de prédilection pour les marins, mais également pour les sportifs et les amoureux de la nature.

LIEUX À VISITER :

  • Ankarana Reserve : sûrement un des spectacles les plus étonnants de Madagascar. Les fameux tsingy, concrétions calcaires surgies du sol, justifient à eux-seul le déplacement.
  • Les Tsingy Rouges : situés au sud-est de Diego-Suarez, les tsingy rouges de la rivière Irodo, montrent un paysage unique. Ils sont formés par l’érosion du sol latéritique. On peut s’y rendre en 4×4 ou en quad.
  • La Baie de Diego et son Pain de Sucre : la deuxième plus grande baie du monde (après celle de Rio de Janeiro). Avec un majestueux pain de sucre, Nosy Lonjo. Cette île, lieu sacré, est totalement interdite d’accès. On peut l’observer depuis la route de Ramena ou alors en faire le tour en bateau.
  • La Montagne d’Ambre : Forêt primaire aux portes de Diego. En quelques kilomètres, on change de climat ! Lémuriens, cascades, lacs, espèces végétales, arbres plus que centenaires, ce parc naturel étonnant est très facile d’accès. Dépaysement total assuré !

Filière arachides : Les Chinois très demandeurs de la production malgache

Opportunité d’ouverture. Une manifestation économique très réussie, comme l’a souligné, Gilbert Romain, chef de région du Menabe, dans la mesure où elle a permis de regrouper tous les acteurs de la filière, les paysans producteurs, les partenaires techniques et financiers et les services techniques déconcentrés. Parmi les clients potentiels figurent des Chinois qui ont manifesté leur intérêt dans la collecte et l’achat d’arachides. Bref, cet intérêt croissant des Chinois pour l’arachide malgache est une véritable opportunité d’ouverture sur le marché asiatique.

35 000 emplois. Au terme de cette campagne d’arachide 2016, la production est estimée à plus de 15 000 tonnes pour la variété « voanjo marakely » très prisée tant sur le marché local qu’international. Les opportunités sur le marché international et face à la demande croissante de la clientèle chinoise sont énormes, le chef de région d’exhorter les paysans à produire davantage plus. Le prix de cession du « voanjo marakely » sur place est actuellement de 1 500 ar/kilo. Un prix qui risque d’augmenter en fin de campagne en raison d’une demande croissante. Aussi cette campagne d’arachide, selon toujours le chef de région génère près de 35 000 emplois directs ou indirects dans cette région, Ces emplois sont générés par la collecte, le conditionnement, les manutentions, l’achat, la vente, le transport  fluvial et terrestre et la transformation de l’arachide.

Facteur de développement. En tout cas, la présence de ces nombreux investisseurs chinois à Morondava, dans plusieurs secteurs d’activités, comme l’agriculture, la pêche, l’énergie renouvelable, les mines, constitue un facteur de développement de l’économie de cette région qui a souffert de la cessation des activités de la SUCOMA qui n’est pas près de renaître de ses cendres. Un redémarrage économique se fait jour dans cette région et cela contribuera également à lutter contre l’insécurité qui prévaut dans cette partie de l’Ile, où une approche « marché » est à mettre à l’actif de la région du Menabe. Pour en revenir au Festival de l’arachide, il a été décidé que la manifestation aura lieu chaque année et que la campagne d’arachide est fixée au mois d’avril.

La recette d’ haricots marbré à l’agneau de ma maman

Type de recette: Plat
Nombre de parts: 6 parts
Temps de préparation: 15 minutes
Temps de cuisson: 60 minutes
Prêt en: 1 h, 15 m
Difficulté: Facile

Ingrédients:

900 g de viande d’agneau coupé en petit morceaux
500 g d’ haricots marbré
2 oignons coupé en fine lamelles
4 gousses d’ail écrasé
12 tomates fraîche pelées épépinées mixé en colis
5 cuillère à soupe de persil haché frais
5 cuillère à soupe de coriandre haché frais
2 cs d’huile d’olive
1 cuillère à café de pistil de safran
2 cuillères à café paprikas
1 cuillère à café de cumin
1 bouquet garnie
Sel et poivre
*** 2 pincés de piment d’Espelette (facultatif)

Préparation:

La veille, faites tremper les haricots secs dans un grand volume d’eau ( 12h ).
Les égoutter et les pocher dans l’eau bouillante.
Égoutter et réserver.

Faire rissoler les oignons, la viande,le sel et poivre durant 5 mn dans l’huile d’olive ensuite ajouter , l’ail écrasé , le persil , la coriandre les épices, faire revenir encore 5 mn environ, ajouter les haricots ensuite mouillez avec environ 2 l d’ eau chaude.
Dès ébullition, laisser cuire sur feu moyen environ 30 minutes ,ensuite ajouter le colis de tomate et continuer la cuisson , elles sont prête dès lors que les haricots blancs sont tendres,
Une fois les haricots bien cuits, laisser sur le feu doux pour faire réduire la sauce.
une fois que la sauce à bien réduit, épaissit et que les haricots sont cuite servez aussitôt dans une assiette creuse déposez à l’écumoire les haricots puis dessus la viande avec une louche de bouillon brûlant

LA BIODIVERSITÉ DE MADAGASCAR

Madagascar, figure parmi les 10 hot spots de la diversité biologique mondiale

La biodiversité, qu’elle soit animale, végétale ou microbienne, doit donc être considérée comme une ressource biologique en interaction directe avec un environnement plus ou moins dégradé, anthropisé ou non. De ce fait, sur la planète, des sites remarquables du point de vue de la biodiversité, des « hot-spots » de diversité, font l’objet d’un très net regain d’intérêt. Il est important, et ce dès maintenant, d’étudier au mieux cette biodiversité de façon à concevoir des concepts, des méthodes et des outils qui permettront de gérer, valoriser et conserver cette richesse naturelle dans le cadre défini par la Convention sur la Diversité Biologique (CBD). Les champs thématiques ainsi concernés sont nombreux, incluant notamment, l’écologie, l’évolution, la systématique, l’éthologie, l’écophysiologie, l’ethnologie, la paléontologie, l’océanographie, l’agronomie / l’agro-alimentaire et la santé environnementale…

Les processus écologiques et la diversité biologique de Madagascar constituent pourtant des atouts économiques de première importance. La protection des écosystèmes naturels permet le maintien des fonctions écologiques primaires, comme la restitution progressive et continue de l’eau. La protection des sols qui en découle évite le cortège de problèmes qui affectent maintenant de façon chronique l’économie du pays comme l’ensablement des périmètres agro-rizicoles, des infrastructures portuaires, des infrastructures hydroélectriques, les affaissements routiers…

Si l’histoire des hommes à Madagascar se réduit à quelques 2000 ans seulement, pour comprendre le peuplement de l’île par les plantes et les animaux, il faut remonter dans les temps géologiques et considérer des millions d’années. Madagascar faisait partie du vaste continent Gondwana il y a encore 200 millions d’années et s’en sépara il y a près de 165 millions d’années en même temps que l’actuel péninsule indienne. Bien plus tard, l’Inde dérivera vers le Nord en entrant en collision avec l’Asie, il y a environ 45 millions d’années. Lors de la séparation de l’Afrique et de Madagascar, la faune et la flore des masses continentales étaient très anciennes, les dinosaures dominaient alors la planète, les mammifères étaient petits et nocturnes, les Angiospermes n’existaient pas encore et la flore se limitait aux Gymnospermes (comme les conifères) et autres groupes anciens comprenant notamment les fougères.

L’extinction des dinosaures lors du chambardement de la fin du Crétacé (il y a environ 65 millions d’années) permit à de nouveaux groupes de coloniser les terres (et les mers) et la place des grands animaux étaient libre. Les mammifères devinrent le groupe dominant dans le règne animal avec l’apparition de la branche des Humanoïdes, il y a moins de 10 millions d’années, mais l’évolution de cette branche née en Afrique ne concernera pas Madagascar qui poursuivait sa course particulière.

Des groupes d’animaux et de plantes allèrent à la conquête de la grande île, par la voie des airs, de la mer ou en se faisant transporter par d’autres animaux ou par des débris végétaux flottant sur la mer. Ils colonisèrent ainsi à Madagascar des niches écologiques vides. Les affinités des peuplements malgaches sont africaines mais également indiennes, malaysiennes et australiennes. Les groupes d’animaux et de plantes ont cependant une histoire tellement ancienne et particulière qu’ils présentent tous un élément spécifique et le plus souvent unique, véritables reliques qui ont disparu aujourd’hui des masses continentales mais qui ont évolué à Madagascar en vase clos.

De ce fait, la biodiversité, Madagascar fait partie des plus importants et des plus intéressants notamment du fait de son fort taux d’endémisme aussi bien sur les espèces animales que végétales. Elle possède environ 15000 espèces de plantes dont 83% sont endémiques (Goodman & Benstead,2005). De plus, 61% des Oiseaux (Hawkins & Goodman 2003), 92% des Reptiles (Raxworthy, 2003), 99% des Amphibiens (Glaw & Vences, 2003) et 100% des Lémuriens ne se retrouvent nulle part dans le Monde qu’à Madagascar. Si les données concernant la flore microbienne sont peu fournies, les scientifiques s’accordent à penser que le taux d’endémisme la concernant n’a aucune raison d’être plus faible que dans le cas des animaux et des végétaux dans la mesure où tous se retrouvent dans des écosystèmes souvent uniques.

Le Maki de Madagascar ou Lemur catta

Cependant, le patrimoine naturel unique de Madagascar est sévèrement menacé de disparition. La forêt naturelle qui couvrait originellement la majeure partie de l’île qui disparaît très rapidement. Cette biodiversité exceptionnelle est actuellement menacée par de nombreuses pressions d’origine humaine. Une des plus fréquentes est la déforestation. Elle est produite par la pratique ancestrale des cultures sur brûlis, des coupures des bois pour des usages domestiques ou industrielles, de la conversion des différents écosystèmes en surfaces cultivables, ainsi que d’autres exploitations forestières. Par conséquent, cette déforestation interminable menace directement ou indirectement les écosystèmes. Par ailleurs, la déforestation laisse derrière elle des sols nus et fragiles: les « lavaka ». L’érosion qui s’ensuit est extrêmement importante, entraînant une dégradation importante des milieux lacustres, côtiers et marins qui par ailleurs sont déjà soumis à des fortes pressions de transformations à des fins agricoles et à une exploitation excessive.

Savane de l’Ouest de Madagascar et des érosions ou Lavaka

La croissance démographique constitue un facteur d’aggravation sérieux pour la situation de l’environnement. En effet, le niveau de pauvreté de la population contraint les habitants à avoir recours aux ressources naturelles de façon destructrice en privilégiant le court terme au détriment d’une utilisation rationnelle qui revêt un caractère durable.

CENTRE NATIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL – MADAGASCAR (FOFIFA)

La plus importante institution  de recherche agricole
      à Madagascar

Le FOFIFA ou Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural, Foibem-pirenena momba ny Fikarohana ampiharina amin’ny Fampandrosoana ny eny Ambanivohitra (CENRADERU/FOFIFA)est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial, doté de la personnalité morale, de l’autonomie financière et administrative.

Le FOFIFA est sous la tutelle :

– technique du Ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage et du Ministère chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique;

– comptable du Ministère chargé de la Comptabilité Publique; et

-budgétaire du Ministère du Budget.

·  Missions

Le FOFIFA  a pour  missions

1. En matière de Recherche :

– Contribuer à l’élaboration de la politique nationale de recherche ;

– Mettre en oeuvre la politique nationale de recherche en matière de développement rural et d’en assurer, la définition, la promotion, l’orientation, la coordination et la capitalisation de toutes les activités de recherche ;

– Développer la recherche thématique de base, pour générer des connaissances et tehniques pour pouvoir anticiper les problèmes.

2. En matière de Développement Rural :

– Mettre en oeuvre les documents de cadrage de la politique générale et des stratégies du Ministère de l’Agriculture;

– Appuyer et accompagner les actions de diffusion des résultats de recherche auprès des bénéficiaires cibles.�

CRR Miadana

présentation fofifa

outes les recherches intéressant le développement rural sont réalisées par le FOFIFA, à part certaines recherches d’accompagnement exécutées dans les structures rattachées directement à la production (cas du blé, de l’orge, de la pomme de terre, du tabac…)

De la recherche à la production

Pour ne meilleure diffusion des résultats de recherche, le FOFIFA s’investit en aval au travers des unités de production autonomes�: production de semences, production de géniteurs pour les races améliorées.

Haricots à oeil noir et viande hachée épicée

Pour 8 personnes

– 5 dl de haricots à oeil noir
– 1, 5 litre d’eau
– 1 oignon coupé en quartiers
– 2 feuilles de laurier (ou de bois d’inde)

– 500 g de viande hachée de boeuf
– 1 oignon
– 2 gousses d’ail
– 1 boîte de tomates concassées
– 5 cuillères à soupe de concentré de tomates
– 1 gros poivron rouge (facultatif)
– 1 cuillère à soupe de cumin
– 1/4 cuillère à soupe de clous de girofle en poudre
– 2 cuillères à café de piment de cayenne
– 2 cubes bouillon Maggi de  boeuf
– sel, poivre

1- Dans un bol moyen, rincer les haricots à l’eau froide pour retirer les impuretés, car il y en a toujours!

2- Mettre les haricots lavés dans une grande casserole, recouvrir d’eau froide, ajouter l’oignon coupé en quatre et le laurier. Laisser mijoter à couvert sur feu doux 2h30.

4- On va pendant ce temps préparer la viande : Dans 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, faire revenir l’oignon finement émincé ainsi que le poivron grossièrement coupé pendant 3 minutes (sans laisser brûler). Puis ajouter l’ail et mélanger 1-2 minutes.

5- Ajouter ensuite la viande, le girofle en poudre, le piment, le cumin et les cubes Maggi. Mélanger jusqu’à ce que la viande soit cuite (elle n’est plus rouge). Ajouter ensuite le concentré de tomate, et les tomates en boîte, puis retirer la casserole du feu.

6- Jeter les 3 quarts de l’eau des haricots (ne garder juste qu’un fond), et y ajouter la préparation de viande hachée. Rectifier l’assaisonnement en sel et en poivre. Laisser mijoter 25 mn à couvert.
C’est prêt, à déguster bien chaud!

Houmous haricots blancs

Une recette trouvée sur le blog de la Petite Cuisine de Pauline.

Un houmous qui change de la version classique avec les pois chiches.
Je l’ai déjà réalisée 2 fois. Avec des haricots blancs secs et j’ai testé les haricots en conserves.
Parfait pour les 2 manières.

Ingrédients :

250 gr haricots blancs secs ou en conserve
4 c à s d’ Huile d’olive
Persil
1 gousse d’ail
Fleur de sel
Poivre Miss Paprika

Préparation :

Si haricots secs : la veille faire tremper dans un grand volume d’eau froide.
Le lendemain, faire cuire les haricots dans une marmite environ 30 minutes.
Une fois cuit, égoutter et laisser tièdir.

Si haricots en conserves : verser le contenu dans une casserole et chauffer 10 minutes environ. Egoutter et laisser tiédir.

Dans un blender, mettre les haricots, l’huile, l’ail haché, sel, poivre, persil.
Mixer pour obtenir une sorte de purée homogène.

Si trop épais rajouter de l’huile.
Réserver à température ambiante, servir sur des toasts grillés.

 

Préparation : 5min – Cuisson : 15min

 

Végétarien