LA BIODIVERSITAi?? DE MADAGASCAR

Madagascar, figure parmi les 10 hot spots de la diversitAi?? biologique mondiale

La biodiversitAi??, quai??i??elle soit animale, vAi??gAi??tale ou microbienne, doit donc A?tre considAi??rAi??e comme une ressource biologique en interaction directe avec un environnement plus ou moins dAi??gradAi??, anthropisAi?? ou non.Ai??De ce fait, sur la planA?te, des sites remarquables du point de vue de la biodiversitAi??, des « hot-spots » de diversitAi??, font lai??i??objet dai??i??un trA?s net regain dai??i??intAi??rA?t. Il est important, et ce dA?s maintenant, dai??i??Ai??tudier au mieux cette biodiversitAi?? de faAi??on Ai?? concevoir des concepts, des mAi??thodes et des outils qui permettront de gAi??rer, valoriser et conserver cette richesse naturelle dans le cadre dAi??fini par la Convention sur la DiversitAi?? Biologique (CBD). Les champs thAi??matiques ainsi concernAi??s sont nombreux, incluant notamment, lai??i??Ai??cologie, lai??i??Ai??volution, la systAi??matique, lai??i??Ai??thologie, lai??i??Ai??cophysiologie, lai??i??ethnologie, la palAi??ontologie, lai??i??ocAi??anographie, lai??i??agronomie / lai??i??agro-alimentaire et la santAi?? environnementaleai??i??

Les processus Ai??cologiques et la diversitAi?? biologique de Madagascar constituent pourtant des atouts Ai??conomiques de premiA?re importance. La protection des Ai??cosystA?mes naturels permet le maintien des fonctions Ai??cologiques primaires, comme la restitution progressive et continue de lai??i??eau. La protection des sols qui en dAi??coule Ai??vite le cortA?ge de problA?mes qui affectent maintenant de faAi??on chronique lai??i??Ai??conomie du pays comme lai??i??ensablement des pAi??rimA?tres agro-rizicoles, des infrastructures portuaires, des infrastructures hydroAi??lectriques, les affaissements routiersai??i??

Si lai??i??histoire des hommes Ai?? Madagascar se rAi??duit Ai?? quelques 2000 ans seulement, pour comprendre le peuplement de lai??i??Ai??le par les plantes et les animaux, il faut remonter dans les temps gAi??ologiques et considAi??rer des millions dai??i??annAi??es. Madagascar faisait partie du vaste continent Gondwana il y a encore 200 millions dai??i??annAi??es et sai??i??en sAi??para il y a prA?s de 165 millions dai??i??annAi??es en mA?me temps que lai??i??actuel pAi??ninsule indienne. Bien plus tard, lai??i??Inde dAi??rivera vers le Nord en entrant en collision avec lai??i??Asie, il y a environ 45 millions dai??i??annAi??es. Lors de la sAi??paration de lai??i??Afrique et de Madagascar, la faune et la flore des masses continentales Ai??taient trA?s anciennes, les dinosaures dominaient alors la planA?te, les mammifA?res Ai??taient petits et nocturnes, les Angiospermes nai??i??existaient pas encore et la flore se limitait aux Gymnospermes (comme les conifA?res) et autres groupes anciens comprenant notamment les fougA?res.

Lai??i??extinction des dinosaures lors du chambardement de la fin du CrAi??tacAi?? (il y a environ 65 millions dai??i??annAi??es) permit Ai?? de nouveaux groupes de coloniser les terres (et les mers) et la place des grands animaux Ai??taient libre. Les mammifA?res devinrent le groupe dominant dans le rA?gne animal avec lai??i??apparition de la branche des HumanoA?des, il y a moins de 10 millions dai??i??annAi??es, mais lai??i??Ai??volution de cette branche nAi??e en Afrique ne concernera pas Madagascar qui poursuivait sa course particuliA?re.

Des groupes dai??i??animaux et de plantes allA?rent Ai?? la conquA?te de la grande Ai??le, par la voie des airs, de la mer ou en se faisant transporter par dai??i??autres animaux ou par des dAi??bris vAi??gAi??taux flottant sur la mer. Ils colonisA?rent ainsi Ai?? Madagascar des niches Ai??cologiques vides. Les affinitAi??s des peuplements malgaches sont africaines mais Ai??galement indiennes, malaysiennes et australiennes. Les groupes d’animaux et de plantes ont cependant une histoire tellement ancienne et particuliA?re quai??i??ils prAi??sentent tous un Ai??lAi??ment spAi??cifique et le plus souvent unique, vAi??ritables reliques qui ont disparu aujourdai??i??hui des masses continentales mais qui ont Ai??voluAi?? Ai?? Madagascar en vase clos.

De ce fait, la biodiversitAi??, Madagascar fait partie des plus importants et des plus intAi??ressants notamment du fait de son fort taux dai??i??endAi??misme aussi bien sur les espA?ces animales que vAi??gAi??tales.Ai??Elle possA?de environ 15000 espA?ces de plantes dont 83% sont endAi??miques (Goodman & Benstead,2005). De plus, 61% des Oiseaux (Hawkins & Goodman 2003), 92% des Reptiles (Raxworthy, 2003), 99% des Amphibiens (Glaw & Vences, 2003) et 100% des LAi??muriens ne se retrouvent nulle part dans le Monde quai??i??Ai?? Madagascar.Ai??Si les donnAi??es concernant la flore microbienne sont peu fournies, les scientifiques sai??i??accordent Ai?? penser que le taux dai??i??endAi??misme la concernant nai??i??a aucune raison dai??i??A?tre plus faible que dans le cas des animaux et des vAi??gAi??taux dans la mesure oA? tous se retrouvent dans des Ai??cosystA?mes souvent uniques.

Le Maki de Madagascar ou Lemur catta

Cependant, le patrimoine naturel unique de Madagascar est sAi??vA?rement menacAi?? de disparition. La forA?t naturelle qui couvrait originellement la majeure partie de lai??i??Ai??le qui disparaAi??t trA?s rapidement.Ai??Cette biodiversitAi?? exceptionnelle est actuellement menacAi??e par de nombreuses pressions dai??i??origine humaine. Une des plus frAi??quentes est la dAi??forestation. Elle est produite par la pratique ancestrale des cultures sur brAi??lis, des coupures des bois pour des usages domestiques ou industrielles, de la conversion des diffAi??rents Ai??cosystA?mes en surfaces cultivables, ainsi que dai??i??autres exploitations forestiA?res. Par consAi??quent, cette dAi??forestation interminable menace directement ou indirectement les Ai??cosystA?mes.Ai??Par ailleurs, la dAi??forestation laisse derriA?re elle des sols nus et fragiles: les « lavaka ». Lai??i??Ai??rosion qui sai??i??ensuit est extrA?mement importante, entraAi??nant une dAi??gradation importante des milieux lacustres, cA?tiers et marins qui par ailleurs sont dAi??jAi?? soumis Ai?? des fortes pressions de transformations Ai?? des fins agricoles et Ai?? une exploitation excessive.

Savane de l’Ouest de Madagascar et des Ai??rosions ou Lavaka

La croissance dAi??mographique constitue un facteur dai??i??aggravation sAi??rieux pour la situation de lai??i??environnement. En effet, le niveau de pauvretAi?? de la population contraint les habitants Ai?? avoir recours aux ressources naturelles de faAi??on destructrice en privilAi??giant le court terme au dAi??triment dai??i??une utilisation rationnelle qui revA?t un caractA?re durable.