Bilan

Bilan de la campagne litchis 2008/2009

En 2008/09, Madagascar a confortA� sa premiA?re place da��exportateur de litchis, avec prA?s de 24 000 t exportA�es. Du point de vue de la production, Madagascar reste de loin la��origine la plus prisA�e sur le marchA� europA�en, et pour la��instant ses principaux concurrents ne reprA�sentent qua��environ 10% des exportations de litchis.
Tout sa��annonA�ait donc plutA?t bien pour 2008/09, la quantitA� A�tait prA�sente et les conditions climatiques favorables ont permis un dA�marrage prA�coce. Et pourtant, le bilan reste morose.
La��abondance tue le marchA�. En quelques semaines, la��afflux de litchis de Madagascar, mais A�galement des origines concurrentes de la zone de la��ocA�an Indien (Ile Maurice, Afrique du Sud et RA�union) a fait chuter les prix. Dans la derniA?re phase de la saison, da��importants volumes ont A�tA� acheminA�s par conteneurs maritimes (dA�passant pour la premiA?re fois les volumes chargA�s sur les navires conventionnels). Ces produits ont inondA� les marchA�s europA�ens aprA?s la pA�riode des fA?tes, A�A� un moment oA? la demande est beaucoup plus faible. RA�sultat, les prix ont continuA� de chuter.
Mais les effets de la crise A�conomique se sont fait ressentir sur la demande, moins dynamique en Europe. La mA�diocre conjoncture A�conomique et la qualitA� fragile des fruits ont entraA�nA� une commercialisation complexe du produit
La campagne de commercialisation du litchi de Madagascar 2008/2009 sa��est rA�vA�lA�e particuliA?rement difficile et la STOI sa��est heurtA�e cette annA�e au marasme A�conomique gA�nA�ral que les quantitA�s, en augmentation, ont exacerbA� face aux conditions de vente difficile et des prix de vente en baisse par rapport aux prA�cA�dentes saisons.

Bilan de la campagneA� litchis 2009/2010

La campagne 2009/10 du litchi a dA�marrA�, avec une semaine de retard, A�A� partir du 25 novembre, juste A�A� temps pour approvisionner les marchA�s europA�ens lors la pA�riode des fA?tes de fin da��annA�e. Ce retard dans le dA�marrage de campagne a eu pour consA�quence la��arrivA�e simultanA�e des litchis de la��Ile Maurice, de Madagascar et da��Afrique du sud.
Cette annA�e, le transportA� par bateau a A�tA� rA�organisA�, avec un seul bateau A�A� cave rA�frigA�rA�e (bateau conventionnel), da��une capacitA� de 7 000 palettes (5 600 tonnes) contre deux auparavant (pour la mA?me quantitA�). Le reste, ca��est-A�A�-dire les 12 000 (9 600 t) sur les 19 000 palettes (15 000 t) prA�vues, sera exportA� par conteneurs rA�frigA�rA�s.
Cependant, A�tant donnA� que les vergers et le groupement des producteurs de la STOI sont localisA�s dans la rA�gion ou les fruits sont les plus prA�coces et plus prA�cisA�ment, dans la zone de Brickaville, la STOI a pu bA�nA�ficier comme tous les ans des envois primeurs et a pu exporter dA?s le 15 novembre 2009.
Le rA�sultat A�tait meilleur que celle de la��annA�e prA�cA�dente et la demande en litchis bio a augmentA� mais beaucoup de facteurs pA�nalisent encore la filiA?re et da��autres ouvertures restent A�A� voir.

ConclusionA�
Les quantitA�s trop importantes par rapport au potentiel da��absorption des marchA�s europA�ens, la qualitA� globalement moyenne des fruits, les effets de la crise A�conomique sur la consommation et la trA?s forte concurrence entre opA�rateurs sont autant da��A�lA�ments qui ont fortement perturbA� la mise en marchA� du litchi.
Cette situation amA?ne la STOI A�A� trouver da��autres dA�bouchA�s. Les Etats-Unis restent A�A� conquA�rir. Selon la��analyse du MCA, le marchA� amA�ricain pourrait absorber le surplus de la production nationale estimA� A�A� plus de 50 000 t : A� Avec leurs 300 millions da��habitants, les Etats-Unis ne disposent que de 2 000 t de production en Floride et da��environ 8 000 t importA�es principalement de Chine, du Mexique et da��IsraA�l. A� Da��autres marchA�s offrent aussi un potentiel A�A� exploiter, notamment les pays da��Europe du Nord.

Bilan de la campagne 2011/2012

Les importateurs de litchis soufrA�s de Madagascar en Europe ont A�tA� sA�lectionnA�s par appel da��offres. Seules deux sociA�tA�s franA�aises ont A�tA� retenuesA�: Univeg Katope et Dole Internationale.

Huit sur une dizaine de sociA�tA�s qui importent habituellement le litchi de Madagascar en Europe ne seront plus autorisA�es A�A� le faire cette annA�e. Il ne reste plus que Dole et Univeg, deux sociA�tA�s franA�aises basA�es A�A� Rungis. Elles ont A�tA� sA�lectionnA�es par appel da��offres, lancA� par le Groupement des exportateurs de litchi de Madagascar et le ministA?re du Commerce. Ces adjudicataires seront dA�sormais les seuls A�A� A?tre autorisA�s A�A� commercialiser nos fruits dans tous les pays europA�ens.

Des points qui ont A�tA� particuliA?rement mis en exergue face A�A� deux constats : baisse rA�guliA?re du prix du litchi malgache sur le marchA� europA�en et dA�faillance de paiement de certains importateurs A�trangers vis-A�A�-vis des exportateurs de litchi locaux durant les prA�cA�dentes campagnes.
Des analyses craignent, par exemple, que les sociA�tA�s franA�aises vont privilA�gier certains exportateurs malgaches avec qui elles ont toujours travaillA�. La quA?te de nouveaux marchA�s en Europe ne pourra plus se faire limitant ainsi les possibilitA�s da��augmenter la quantitA� exportA�e par Madagascar.

La campagne de commercialisation des litchis de la zone OcA�an Indien sa��avA?re tardive cette annA�e. Comme les deux annA�es prA�cA�dentes, les conditions climatiques lors de la phase de la fructification des arbres ont A�tA� peu favorables. A�Si ces conditions climatiques (manque de prA�cipitations) na��affectent pas trop la production de Madagascar, compte tenu de son potentiel, elles semblent plus prA�occupantes pour les productions rA�unionnaises et mauriciennes.

Les parcelles de la STOI ont commencA� A�A� A�donner des fruits mursA� dA?s la semaine 45 et elle a pu commencer A�A�A� A�exporter ses litchis primeurs le 17 novembre.

Pour la STOI, cette premiA?re annA�e avec ces importateurs europA�ens A�tait satisfaisante A�tant donnA� qua��ils ont proposA� des prix trA?s intA�ressants. Mais par contre, la quantitA� commandA�e a beaucoup baissA� car ils ont fait rentrer des exportateurs maritimes dans les envois aA�riens. 460 tonnes de litchis sont exportA�s par avion cette annA�e.

 

La STOI ne peut cependant oublier ses anciens clients en litchis soufrA�s qui ont travaillA� avec elle depuis ses dA�buts, des partenariats fruits de diverses prospections et salons effectuA�s dans toute la��Europe. Certains da��entre eux travaillent encore avec la STOI sur da��autres produits.

Bilan de la campagne 2012/2013

Contrairement aux annA�es prA�cA�dentes, la campagne de commercialisation du litchi dA�bute plus prA�cocement.

La STOIA� a commencA� A�A� A�exporter dA?s la semaine 45, mais elle reste une annA�e trA?s difficile pour la STOI A�tant donnA� queA�:

-A�A�A�A�A� le cyclone Giovanna, qui a affectA� la cA?te Est de Madagascar en fA�vrier 2012, a dA�truit A�A� A�80% la station de litchis de la STOI A�A� Brickaville mais aussi da��importants dA�gA?ts dans les vergers de litchis ont A�tA� constatA�s. La STOI a A�tA� obligA�e de se ravitailler auprA?s de ses producteurs plus lointains.

-A�A�A�A�A� Les diffA�rentes origines de la��OcA�an Indien connaissent A�les mA?mes tendances, exceptA� la��Afrique du Sud dont les exportations par avion devraient dA�marrer plus tardivement. La��A�volution de la fructification des litchis des diffA�rentes origines de la��OcA�an Indien entraine une commercialisation simultanA�e des fruits de la��Ile Maurice, de la RA�union et de Madagascar. Cette situation a entrainA� un effritement des prix de vente. Et le cout du fret aA�rien non compA�titif par rapport aux autres pays et iles voisines na��arrange pas la situation.

-A�A�A�A�A� Le quota obtenu par les importateurs agrA�es ne cesse de diminuer et le prix est largement en baisse par rapport en 2011 pour les litchis par avion malgrA� la certification GLOBAL GAP des produits proposA�s.

La STOI ne baisse pas les bras malgrA� toutes ces contraintes. Elle croit A�A� ses produits et continue A�A� satisfaire au mieux ses clients. Sa spA�cialisation dans le fret avion et plus particuliA?rement dans les litchis primeurs est apprA�ciA�e.

Les litchis de la STOI restent un produit da��appel des dA�taillants et des A�grandes surfaces pendant les fA?tes de fin da��annA�e en Europe.

Bilan de la campagne 2013/2014

La nouvelle campagne de commercialisation des litchis de la zone de la��OcA�an Indien se caractA�rise par un dA�marrage particulier prA�coce. En effet, le coup da��envoi de la campagne par voie aA�rienne a commencA� avec la STOI dA?s la semaine 44, le 04 novembre 2013.

La production malgache, favorisA�e par de bonnes conditions climatiques (arrA?t rapide de la��hiver austral avec remontA�e des tempA�ratures et pluviomA�trie adaptA�e) A�tait importante cette annA�e et a permis de satisfaire la demande des exportateurs.

Les exportateurs maritimes, la presse nationale qua��internationale qualifient cette saison de litchis de positive A�A�Au total, Madagascar aurait exportA� prA?s de 18 000 tonnes de litchis vers la��Europe. Une belle campagne da��exportation en volume, mais aussi en valeur, car le prix du litchi malgache est restA� stable. (Il a mA?me augmentA� A�A� destination, du fait de la hausse des coA�ts du fret)A�A� RFI, 13/01/14. Et pourtant, elle reste catastrophique pour la STOI, spA�cialisA�e exclusivement en avion, qui voit toujours sa quantitA� baissA�e da��annA�e en annA�e et son prix qui ne couvre presque plus ses charges. Un prix trA?s bas par rapport aux litchis conventionnels maritime alors que les charges sont plus importants dans la��aA�rienA�: coA�t du litchi primeur plus A�levA� que les litchis conventionnels, triage plus important, location camion frigorifique, chambre froide. De surcroit, la��Aviation civile de Madagascar ACM a rajoutA� une redevance de sA�retA� aA�roportuaire RSA dont le montant est de 0,125 US/Kg pour les produits pA�rissables applicables depuis le 02 novembre 2013. Une redevance que devrait acquitter la STOI malgrA� sa perte.

Mais la STOI reste confiante et espA?re que ses clients litchis comme dans les autres filiA?res A�tablissent des relations A�A�gagnant-gagnantA�A�. La STOI A�A�tablit toujours une confiance A�mutuelle avec ses clients et cette responsabilitA� que nos importateurs ont prise pour le marchA� de litchis A�A� Madagascar doit A?tre consA�quente et bA�nA�fique pour eux, pour les producteurs, pour tous les exportateurs aA�riens et maritimes, pour tous les intervenants de la filiA?re.