Bilan

BILAN VANILLE STOI- CAMPAGNE EXPORT 2008/2009

De par sa position gA�ographique, Madagascar subit, chaque annA�e, sans exception, les effets des cataclysmes naturels qui affectent rA�guliA?rement diffA�rentes rA�gions du pays et notamment cette rA�gion du SAVA ;
MalgrA� les dA�gA?ts humains et matA�riels considA�rables, la��impact des cyclones sur la vanille A�tait limitA� en 2008/2009.
Par contre, la crise politique actuelle et la crise A�conomique internationale ont des rA�percussions A�normes sur les exportations, la monnaie nationale et perturbent le fonctionnement de certaines filiA?res agricoles dont la vanille.
La vanille de Madagascar a eu du mal A�A� dA�coller en 2009
La vanille verte a eu du mal A�A� trouver des acheteurs. Depuis le dA�but de la campagne, seulement l’A�quivalent de 15 A�A� 20% de la quantitA� de vanille prA�parA�e, estimA�e A�A� l’exportation, soit environ 1500 tonnes, sont pris par les collecteurs et les prA�parateurs. Plus de 60 % devraient A?tre, dA�jA�, entre les mains de ces derniers en cette pA�riode.
L’existence d’un stock de vanille invendue, depuis les annA�es 2007 et 2008, constitue la principale raison de la rA�ticence des acheteurs, engendrant une baisse de prix de moitiA�. 4300 tonnes de vanille sont disponibles sur le marchA�. Sur cette quantitA�, 2200 tonnes sont stockA�es dans les pays consommateurs.
Les perspectives A�conomiques A�taient sombres en 2009 avec en surplus la crise politique actuelle qui perturbent le fonctionnement de la��A�conomie : les trafics de vanille et la��insA�curitA� se multiplient dans la rA�gion du SAVA ;
MalgrA� cette situation, la STOI na��a pas baissA� les bras mais continuait A�A� investir en valorisant sa vanille et en augmentant le tonnage en vanille bio : le principal vecteur de promotion de la vanille malgache sur le marchA� international est la qualitA� des produits commercialisA�s.
La sociA�tA� renforA�ait la sensibilisation des producteurs bio pour une restructuration sous forme de coopA�rative.
La demande en produits biologiques, notamment en vanille, ne cesse de progresser, non seulement dans les magasins spA�cialisA�s mais A�galement dans les grandes surfaces.
MalgrA� un A�cart de prix de 15 A�A� 20 %, la demande en produits BIO ne fait que croA�tre avec une croissance de 10 % ces derniers temps. Les consommateurs de plus en plus soucieux de leur santA� se tournent volontiers vers ces produits.

BILAN VANILLE 2013

Le prix de la vanille ne cesse da��augmenter depuis fin 2012. En une annA�e, le prix a doublA�. Une flambA�e des prix qui sa��explique par la baisse de la production nationale de 1500 a presque 1000 tonnes.

La��instabilitA� du marchA�

Le marchA� de la vanille est un marchA� concurrentiel, sujet A�A� la fluctuation de la��offre et de la demande. Les prix trA?s bas de ces derniA?res annA�es cachaient en rA�alitA� un profond dA�couragement des planteurs.
Alors qua��entre 2000 et 2003 le prix de la vanille sa��A�levait encore A�A� plus de 400a��/kg, les consommateurs se sont dA�tournA�s de la vanille naturelle au profit des vanillines de synthA?ses moins onA�reuses, mises sur le marchA� A�A� grands coups de communication publicitaires trompeuses. DA?s 2004, les prix de la vanille chutent pour atteindre des niveaux qui ne permettent pas une rA�munA�ration dA�cente aux producteurs. Ceux-ci dA�laissent alors leur culture de vanille pour se tourner vers da��autres cultures. Les plantations de vanille se dA�tA�riorent et les techniques de prA�parations qui dA�coulent de savoirs ancestraux avec elles.

Cependant les tendances de consommations A�voluent vers une demande de produits naturels qui sa��accroit avec la baisse des prix.
DA�sormais le marchA� de la vanille se trouve A�A� un tournant dA�cisif et Madagascar reste le leader mondial de la vanille naturelle avec 80% de la��offre mondiale.
Pourtant depuis 2011, faute da��une bonne rA�munA�ration, les planteurs dA�nigrent la qualitA� privilA�giant la quantitA�. Les transformateurs de la��industrie agro-alimentaire privilA�gient alors les vanilles vertes qua��ils achA?tent le double du prix dA?s le dA�but de la rA�colte 2012. Le prix des vanilles prA�parA�es par les planteurs suit logiquement la mA?me tendance.

Les dA�rives sur le plan qualitatif

Etant donnA� que la culture de la vanille ne permet plus aux planteurs de subvenir A�A� leurs besoins, les planteurs renient leur savoir-faire.

La sur fA�condation des fleursA�:A�
Depuis trois ans, les planteurs fA�condent chaque fleur (1 fleur = 1 gousse) au lieu da��une sur deux. A la rA�colte, les gousses sont certes nombreuses mais de trA?s petite taille. Ainsi pour cette rA�colte 2012, plus de 60% des gousses sont infA�rieures A�A� 16cm.

La mise sous vide des vanilles par les planteursA�:
Il faut six A�A� huit mois de prA�paration pour obtenir une vanille gastronomique et bien stable. La��A�tape da��affinage permet de dA�velopper tous les parfums de la vanille. Or une mise sous vide prA�maturA�e bloque tout le processus, alors qua��elle reste une trA?s bonne technique de conservation si la vanille est bien affinA�e.
Malheureusement, les prix trop bas de la vanille ont incitA� les planteurs A�A� dA�tourner A�A� mauvais escient cette technique. La mise sous-vide des vanilles se pratique depuis deux ans en brousse alors que les vanilles ne sont pas sA�chA�es et que la formation des composants aromatiques na��est pas complA?tement faite.

La montA�e fulgurante des prix

Une production globalement en baisse, une consommation soutenue, des achats massifs de vanille verte ont logiquement entraA�nA� cette annA�e une hausse des prix. Les prix payA�s aux planteurs pour de la vanille verte ou de la vanille prA�parA�e ont A�tA� doublA�s (prix aux planteurs multipliA�s par deux auxquels sa��ajoutent 40 A�A� 60% de perte de poids durant le sA�chage). MalgrA� cela, les mauvaises habitudes de prA�paration prises en 2011 ont perdurA� pour la rA�colte 2012. Elles ont accru le prix de revient de la vanille exportable et commercialisable.
La STOI sa��est appliquA�e A�A� minimiser au maximum la hausse des prix afin da��A�viter un doublement brutal des prix de vente en clientA?le. La spA�cialisation de la STOI dans la certification bio ECOCERT INTERNATIONAL de ses gousses de vanille a facilite les nA�gociations. Nous na��avons cependant pas A�chappA� A�A� une hausse trA?s sensible de nos prix de ventes

Les deux ou trois annA�es A�A� venir sa��annoncent difficiles, le temps de retrouver un A�quilibre entre la��offre et la demande. Tous les intervenants de la filiA?re retrouveront alors un prix juste et valorisant pour les producteurs, stable et raisonnable pour les consommateurs de la vanille naturelle.