1. Contexte

Dans le cadre de ses activités, le CTHT effectue une étude de la phénologiedes litchis en vue de suivre le déroulement de la fructification des fruits. Ce travail réalisé dans les principales zones de collecte pour l’exportation permet d’apprécier la qualité et la quantité de la production et de fournir des informations en vue de définir une période de collecte. Les fleurs1 de litchi et les premières nouaisons (Figures 1 et 2) étant visibles sur l’ensemble de la zone de collecte, une prospection a été réalisée les 20 et 21 août 2014 (à la même date que les deux années passées) en vue d’estimer le taux d’éclosion des fleurs et la charge potentiel.
letchis_tam_20

Figure 2 : Les divers stades d’évolution de la fructification du litchi

letchis_tam_20_2

  1. Rappel des observations effectuées le 1 août 2014

Au stade de développement de la floraison (apparition des panicules), on pouvait conclure que :

  • La floraison était précoce comme l’année passée sur l’ensemble de la zone de collecte,
  • L’intensité de la floraison était correcte sur l’ensemble de la zone de collecte mais moins bonne que celle de l’année passée (baisse de 10%),
  • Quelques fleurs mâles de type M1 étaient à closes dans la zone Nord, aucune au sud.
  • La charge en panicule était plus faible que celle de l’année passée mais demeurait globalement correcte.
  1. Observations réalisées durant la prospection du 20 août.

Durant cette prospection, l’attention a été portée sur l’éclosion des fleurs, les types de fleurs visibles et la nouaison à cette date.

1204 arbres ont été observés dont 554 dans la zone nord et 650 dans le sud de Tamatave. L’ensemble des arbres observés présentaient des fleurs à closes et les 3 types de fleurs (M1, F et M2) ont été observés mais avec une fréquence variable. Cependant, il reste encore des

Fleurs non à closes à cette date.

Le taux d’éclosion des fleurs diffère en fonction de la zone de production puisque l’on constate quand il est globalement plus important dans la zone sud que dans la zone nord (Figure 3).

Figure 3 : Taux d’éclosion des fleurs sur les arbres portant des inflorescences sur plus de 50% de leur frondaison.

letchis_tam_20_3

En ce qui concerne les types de fleurs visibles et la présence des premiers (Figure 4) on constate une dominance de fleur M1 dans les deux zones de culture. Les fleurs de type F et M2 sont présentent mais en proportion plus faible.

Seules quelques nouaisons ont été observées dans la zone sud confirmant la légère avance dans cette région.

Si on compare ces résultats avec ceux de l’année passée à la même date, on constate que la situation, en termes d’éclosion des fleurs, est quasi identique.

Figure 3 : Proportion de type de fleurs observées lors de la prospection du 20 août

letchis_tam_20_4

4. Climatologie

L’analyse de la température sous abri enregistrées au niveau de la ville de Tamatave (Figure

5) indique que :

  • la température moyenne a commencé chuter à partir du mois de mai et que les températures sont restées basses durant tout le mois de juillet, ce qui pourrait expliquer un début de floraison l’agrément plus précoces que l’année passée.
  • la pluviométrie a été globalement bonne durant les mois de mai, juin et juillet avec une répartition homogène ce qui est caractéristique de cette période de l’année.

Figure 4 : Evolution de la température moyenne 1 mai au 31 juillet (Tamatave)

letchis_tam_20_5

Figure 5 :

Pluviométrie dans la région de Tamatave de mai à juillet 2014

letchis_tam_20_6

5. Conclusion

A ce stade de développement, on constate que la floraison a été globalement précoce et ce comme les deux années passées sur l’ensemble de la zone de collecte. Cependant, l’hiver austral est particulièrement long ce qui explique un allongement de la période d’éclosion des fleurs.

La répartition du potentiel florifère et par voie de conséquence de la future production (si la fécondation se déroule sans problèmes majeurs) est à ce stade hétérogène entre le nord et le sud de Tamatave.

Une légère précocité de la zone sud par rapport à la zone nord se dégage mais compte tenu du stade de développement des fruits elle ne peut pas être prise en compte.

Il faudra cependant attendre la prochaine prospection qui sera programmée lorsque la nouaison des fleurs sera terminée pour apprécier l’importance de la précocité.

https://www.ctht.org/