Le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (MINAE), en collaboration avec la FAO à travers le projet Appui à l’évaluation socioéconomique de la filière riz hybride à Madagascar, ont organisé des assises de consultation pour doper la production de riz hybride à Madagascar.

Selon les organisateurs de la rencontre de ce mardi 02 Aout 2022, les consultations visent à atteindre l’objectif du Velirano N° 9 qui est l’autosuffisance alimentaire. « Le MINAE vise une augmentation de la production de riz à 6 millions de tonnes en 2023 et l’augmentation de la production de 10 % par an jusqu’en 2027, cela afin de redevenir un pays exportateur de riz et que Madagascar soit le grenier alimentaire de l’Océan Indien », a-t-on souligné dans un communiqué.

Parmi la stratégie adoptée figure le développement et la promotion du riz hybride à Madagascar. C’est dans ce contexte que les assises axées sur le développement de la production de ce type de riz ont été initiées et organisées. Elles ont vu la participation de toutes les parties prenantes de la filière à Madagascar. L’occasion a aussi été marquée par la présentation et la validation du cadre général de la promotion du riz hybride à Madagascar tout en tenant compte des recommandations et améliorations proposées par les participants, notamment au niveau de la vulgarisation du produit, la disponibilité des semences, la diminution des coûts de production.

On sait en outre que le MINAE avec le FOFIFA et l’Africa Rice sont en train d’expérimenter et développer actuellement des variétés de semences de riz hybrides locales. Les assises ont aussi été mises à profit pour les organisateurs pour présenter les expériences des autres pays africains et asiatiques sur leur pratique de la culture du riz hybrides. Signalons aussi la participation à la validation du projet de cadre global de promotion du riz hybride à Madagascar de quelques entreprises opérant dans la filière à l’exemple du groupe STOI. Selon la représentante de cette entreprise, les échanges ont été constructifs et l’appui à l’évaluation socioéconomique de la filière riz hybride, avec notamment la production locale des semences hybrides et des engrais organiques, va permettre d’améliorer significativement la production de ce type de riz dans la Grande Ile.

Vingt mille riziculteurs formés

À savoir que le riz hybride est une variété à forte rendement et possède une grande résistance aux aléas climatiques notamment à la sècheresse. Le rendement sur les parcelles se chiffrent aux alentours de 11 tonnes à l’hectare. Le riz hybride est ainsi présenté comme une solution évidente pour le pays dans l’atteinte des objectifs fixés qui sont l’autosuffisance alimentaire et rizicole. Ainsi, pour cette campagne rizicole, le riz hybride a été cultivé sur une superficie de 12 000 ha avec près de vingt mille riziculteurs formés par l’équipe du projet en collaboration avec la Direction Régionale de l’Agriculture et de l’Élevage. Et le ministère de tutelle, pour les prochaines campagnes, compte intensifier la diffusion de la technologie du riz hybride et prévoit une production de semence de riz hybride sur 2000 hectares.

Le MINAE qui a aussi rappelé que dans le cadre du projet de coopération SudSud portant sur l’introduction de la technologie du riz hybride à Madagascar, la Chine se positionne comme l’un des principaux partenaires de Madagascar. L’année dernière, lors de la descente sur l’un des sites d’intervention du projet à Andranovaky, à Mahitsy, afin d’assister à la récolte de riz hybride relative à la campagne rizicole 2020/2021, il a été indiqué que les rendements ont été à la hauteur des attentes. La Chine qui a aussi déjà offert 300 tonnes de semences pour le riz hybride.

Quant à l’AfricaRice, lors de la rencontre entre son Directeur Général, Dr Harold Roy-Macauley, et le ministre en charge de l’Agriculture et de l’Élevage, Harifidy Ramilison, le 27 juin dernier, il a été officialisé la consolidation de la relation entre cette organisation et Madagascar. Il s’agit surtout de renforcer les partenariats entre les deux parties, afin de développer la filière riz à Madagascar, et le riz hybride en particulier.

Selon le Dr Harold Roy-Macauley, il est très important de se partager les connaissances, les expériences et acquis pour que la Grande Ile puisse progresser. Il a également réitéré l’engagement et le soutien d’Africa Rice pour que Madagascar devienne le grenier alimentaire de la sous-région Afrique australe. Les deux parties ont aussi convenu sur le planning de l’organisation pour les deux années à venir. Rappelons que Madagascar est devenu membre d’Africa Rice en 2011 et assure actuellement la p résidence du Conseil des ministres de cette organisation.

source : https://lexpress.mg/04/08/2022/riziculture-la-production-du-riz-hybride-a-booster/?fbclid=IwAR3AVfdlb3x8KyQ1kc82Ifp3qEnak2VXapzt0zbr8zVh98Ykds-LUdV9mz8